Qui êtes-vous ?

Ma photo
Une famille d'Audincourtois d'adoption partie à la découverte du monde pendant 200 jours.

mercredi 15 octobre 2014

Les Préparatifs : La santé

Afin de préparer au mieux le voyage, nous avions pris rendez-vous au service « grands voyageurs » de  l’hôpital de Belfort. En fait, il s’agit d’une permanence pour les vaccinations internationales au sein du service maladies infectieuses.
Nous avons commencé les démarches en janvier pour un départ en octobre. Comme il n’y a qu’une permanence par semaine, il faut prévoir déjà environ 6 semaines de délai. Le premier rendez-vous avait été annulé sans en avoir été informés. Le deuxième rendez-vous un mois plus tard a aussi été reporté. C’est donc fin mars, que nous avons enfin pu avoir la consultation.

Le médecin, qui avait une très bonne connaissance de l’Asie nous a recommandé les vaccins, précautions et médicaments adaptés à notre itinéraire estimé en tenant compte également des saisons.

Les vaccins 
Voir également le site des vaccinations Air-France qui est très bien fait.http://www.vaccinations-airfrance.fr/vaccination-sante-voyage/quelle-vaccination-voyageurs

Pour tous les voyageurs et quelle que soit la destination.
-       La mise à jour des vaccinations contre le tétanos, la poliomyélite et la diphtérie
o   Pas de chance pour Elise qui a eu en même temps le rappel Infanrix. C’est d’ailleurs le seul vaccin qui aura entrainé des effets secondaires (bras gonflé pendant 10 jours)

Tous types de séjours dans les pays à bas niveau sanitaire
-          Havrix : Hépatite A
o   L’hépatite A est une maladie hépatique virale dont l’évolution peut être bénigne ou grave.
o   On estime à 1,4 million par an le nombre de cas d’hépatite A dans le monde.
o   Le virus de l’hépatite A se transmet par l’ingestion d’eau ou d’aliments contaminés ou par contact direct avec une personne infectée.
o   Il est fréquent que les adultes  soient déjà immunisés. Le médecin avait donc prescrit une prise de sang pour recherche des anti-corps. Pas de chance, je n’étais pas immunisée. Il a quand même fallu faire le vaccin (2 injections)
o   Prix : 43 € x2 injections. Vaccin remboursé par la Sécu.

Séjour dans un pays à bas niveau sanitaire, prolongé (supérieur à 3 semaines) ou dans des conditions d'hygiène précaires.
-          Typhim vi : Typhoide
o   Les fièvres typhoïde et paratyphoïde sont courantes dans les pays les moins industrialisés, principalement du fait du problème de l'eau de boisson non potable, de l’élimination inadéquate des effluents et des inondations.
o   Selon les estimations, l'incidence annuelle de la typhoïde est de 17 millions de cas environ au niveau mondial.
o   Prix : 32 €

-          Menveo : vaccin méningococcique des groupes A, C, W et Y
o   la méningite est causée par une bactérie, Neisseria meningitidis ou méningocoque, qui atteint les enveloppes du système nerveux central ; elle se manifeste par de la fièvre, de violents maux de tête, une raideur de la nuque. C’est une maladie grave qui peut entraîner la mort en quelques heures. Le germe est transmis d’un individu à un autre par l’intermédiaire des gouttelettes de salive.
o   Recommandé par le médecin compte tenu de la durée de notre voyage. Mathias ayant eu une méningite enfant, on ne sait pas vraiment posé plus de questions sur l’utilité réelle du vaccin. On l’a fait !
o   Prix : 55 €

Vaccins parfois recommandés en Asie, mais que nous ne ferons pas :
Séjour prolongé en zone rurale à la saison des pluies en Asie du Sud ou de l'Est .
-          Encéphalite japonaise
o   L’encéphalite japonaise est une maladie virale transmise par la piqûre nocturne (avec un pic à la tombée de la nuit et à l’aube) d’un moustique, le Culex, qui effectue son cycle au contact des porcs.
o   L'encéphalite japonaise est présente surtout dans les régions rurales agricoles. Selon les régions, la transmission est pérenne ou limitée à la saison des pluies qui s’étend d’avril-mai à septembre-octobre
o   La maladie est peu fréquente chez le voyageur. Le risque de contracter une encéphalite japonaise est très faible, évalué en moyenne à moins de 1 cas pour 1 million.
o   La plupart des infections par le virus de l'encéphalite japonaise sont bénignes (fièvre et céphalées) ou sans symptômes apparents, mais environ 1 infection sur 200 entraîne une maladie grave
o   Le Haut Conseil de la santé publique ne recommande pas la vaccination systématique contre l'encéphalite japonaise pour tous les voyageurs qui se rendent en Asie ou en Océanie.
o   Si le médecin nous a expliqué les risques. Il a reconnu que, vu notre parcours (peu de campagne isolée) et nos dates de voyages (pas pendant la mousson), lui ne le ferait pas.
o   Depuis juillet 2014, le vaccin peut désormais être délivré en secteur libéral dans les pharmacies de ville, sur prescription médicale.
o   Prix 98 € X2 Injections.

Séjour prolongé ou "aventureux" et en situation d'isolement dans un pays à haut risque (surtout en Asie : notamment en Inde)
-          La rage
o   Le virus se transmet par morsure ou griffure profonde d’un animal infecté. Le chien est le principal hôte et vecteur du virus rabique. Il est à l’origine de l’infection dans tous les cas mortels de rage humaine survenant chaque année en Asie et en Afrique, dont le nombre est estimé à 50 000.
o   Elle survient principalement dans des communautés rurales reculées où des mesures de prévention de la transmission à l’homme ne sont pas mises en œuvre.
o   La maladie est extrêmement rare chez le voyageur; en 20 ans en France, 19 cas dont 18 après séjours en Afrique.
o   Le médecin ne nous en avait même pas parlé. C’est nous qui avons abordé le sujet. Compte tenu de notre mode de voyage, il ne le recommande pas. 
o   La vaccination en préventif en 3 injections ne suffit pas. En cas de morsure, il faudra alors faire à nouveau 2 injections post exposition. Si on n'a pas été vacciné, c'est alors 5 injections post expositions. Nous serons toujours près de centres de soins pour faire les injections post exposition dans les temps.
o   Prix : 40€ x3 injections 

Infos complémentaires sur les vaccins :
o   Certains vaccins ne sont pas remboursés par la sécurité sociale, mais les mutuelles prennent parfois en charge un forfait annuel. 85 € / personne dans notre cas.
o   N’hésitez pas  demander une ristourne au pharmacien. (Ca a un peu marché pour nous)
o   Certains hôpitaux font tous les vaccins au cours de la visite. Ce n’était pas le cas pour nous. Nous avons acheté les vaccins à la pharmacie et fait les injections avec notre médecin de ville. On a du étaler dans le temps notre programme de vaccination. Il faut donc s’y prendre assez tôt.


Le traitement anti-paludique
o   Le paludisme est dû à des parasites transmis d’une personne à l’autre par des piqûres de moustiques Anopheles infectés, appelés «vecteurs du paludisme», qui piquent principalement entre le crépuscule et le petit matin.
o   Nous serons plus de 3 mois en Asie du Sud Est. Il parait compliqué, coûteux et lourd pour l’organisme de prendre la Malarone pendant toute la durée.
o   Nous partons donc avec chacun une boite d’un générique de la Malarone pour prendre en curatif en cas de symptômes.  
o   Et protection anti-moustique +++ surtout le soir.

La trousse à pharmacie
o   Trousse de secours :
§  Biseptine
§  Steristrip
§  Compresses
§  Sparadrap
§  Bandes
§  Pansements
§  Pince à épiler
o   Antalgique et antipyrétique (Paracétamol + Ibuprofène)
o   Anri-nauséeux (motilium)
o   Antidiarrhéique (tiorfan + lopéramide)
o   Antispasmodique (Spasfon)
o   Locoid (crème antibiotique)
o   Antibio occulaire
o   Dacryosérum (serum phy pour lavage occulaire)
o   Antibiotique à large spectre (Augmentin, Orelox pour Thibault)
o   Ovule (contre la mycose vaginale)
o   Monuril (contre infection urinaire)
o   Antihistaminique (aerius, Xyzaal)
o   anti-inflammatoire non stéroidien (prednisolone, celestene)
o   Thermomêtre
o   Epingles de sûreté
o   Insect Ecran (vêtement + peau)

 Nous n'avons fait qu'une consultation au centre de vaccination et le reste des vaccins et ordonnances a été géré avec notre médecin de ville. Mais il nous a paru très utile d'avoir cette consultation qui nous a permis de définir les besoins avec un spécialiste qui a une connaissance du terrain. Les médecins de ville n'ont pas toujours une bonne connaissance des vaccins réellement utiles selon les pays et auraient tendance à sur-prescrire pour se couvrir. Notre médecin de ville a aussi trouvé plus confortable que cette partie du travail ait été gérée en amont. Nous avons ensuite avec lui défini le planning pour étaler visites en vérifiant la compatibilité des vaccins.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire