Qui êtes-vous ?

Ma photo
Une famille d'Audincourtois d'adoption partie à la découverte du monde pendant 200 jours.

vendredi 23 janvier 2015

du 12 au 17 janvier : île de Phu Quoc, Vietnam

C'est après un vol rapide par Jetstar que nous atterrissons à Phu Quoc, plus grande île Vietnamienne, qui est en fait plus proche de la côte cambodgienne. L'aéroport international est très récent, on voit que l'île se prépare à y développer le tourisme de masse. Mais pour le moment, il n'y a pas trop de monde sur l'île. L'essentiel des hôtels est proche de la ville principale Duong Dong. De plus, notre hôtel est un peu excentré et on peut facilement accéder à une partie de la plage peu fréquentée. Nous qui rêvions de plage paradisiaque, nous sommes servis. La mer est tellement chaude que je suis la première dans l'eau. C'est dire si elle est bonne!

Tous les jours, après le temps d'école, nous profiterons de la plage et de ses magnifiques couchers de soleil.



Et le soir, selon l'envie, ce sera barbecue au marché de nuit ou dîner sur la plage....






L'île fait environ 50 km de longueur. L'idéal pour la visiter entre 2 baignades est de louer des scooters. Comme il n'y a pas beaucoup de circulation, on a failli tenter l'expérience. Mais il m'a fallu 2 secondes dessus, le temps de démarrer et tourner l'accélérateur pour décider que, finalement, ce n'est pas une bonne idée. Je n'ai pas très envie de tester l'efficacité des services médicaux de l'île ni celle de notre assurance rapatriement.
En plus, ça fait 2 mois qu'on se moque gentiment des nombreux occidentaux que nous croisons et  qui marchent avec des béquilles ou qui ont des bandes ou plâtres aux bras ou jambes à cause de blessures en scooter. Les thailandais appellent ces blessures le "Thai Tatoo". Alors, on n'a pas très envie de les imiter. Je me note de prendre des cours de moto pour le prochain tour du monde ou voyage en Asie. (soyons raisonnables!)
C'est donc en louant un taxi à la journée que nous partirons à la découverte du Nord de l'île. C'est plus cher, mais plus sûr. Certains organismes organisent des visites de l'île, mais, pour plus de liberté, nous avons préféré prendre un taxi dans la rue et négocier pour la journée.

Nous faisons un premier arrêt au centre de conservation des chiens à crête dorsale. une espèce endémique de l'île, très intelligente. On n'aurait pas vraiment fait la visite par nous-même mais ça plait aux enfants. Du coup, Elise nous réclame à nouveau un bébé chien!


Ensuite, nous nous arrêtons vers une plantation de poivriers, la spécialité de l'île. Là, c'est la découverte. On apprend comment pousse le poivre. Enfin, il n'y a pas d'explications car le fermier et le chauffeur de taxi ne parlent que vietnamien, mais nous apprécions de nous balader au milieu de la Pepper Farm.


Après la balade, les propriétaires de la ferme nous offrent un apéritif type guignolet local avec noix de coco séchées et cacahuètes grillées à grignoter. On peut y acheter du poivre, et ils ne nous forcent vraiment pas la main. Il y a 2 touristes en même temps que nous. On se rend vite compte qu'ils sont français, ce qui est déjà étonnant car, ici, on croise essentiellement des russes et allemands. En discutant, on apprend que s'ils habitent à Montmartre, l'un d'eux est originaire de Franche-Comté et a une maison à Bavans et de la famille à Etupes et Grand-Charmont, où il a passé les fêtes de fin d'année. Du coup, il montre sur son téléphone des photos de la neige qu'il y a eu le lendemain de Noël.Quand on dit que le monde est petit... on le vérifie tous les jours!

Nous poursuivons notre visite à travers le parc national qui remplit une bonne partie de l'île. Nous parcourons à pieds un petit sentier, censé faire une boucle. Mais c'est tellement mal indiqué que nous sommes obligés de revenir sur nos pas pour être sûr de ne pas se perdre. Nous croiserons quelques lézards, papillons, oiseaux, et insectes mais pas de singes ni de serpents en vue!

Ensuite, nous déjeunerons dans un joli petit port de pêche. Nous invitons notre chauffeur à se joindre à nous, mais apparemment ça ne se fait pas trop et il n'est pas très à l'aise.
Quand nous reprenons la route pour finir la balade par une petite baignade, nous nous félicitons de notre excursion. Nous avons découvert une partie de l'île encore assez sauvage. Malheureusement, nous n'avons pas le temps de finir notre rêverie que se dresse devant nous un terrain de golf flambant neuf et quelques mètres plus loin un grand complexe Vinpearl avec toboggans aquatiques est en construction. C'est la déception! Nous qui pensions être dans un coin sauvage. Nous sommes tellement abasourdis que nous en oublions de prendre des photos.

Le chauffeur prend un petit chemin de terre pour nous amener vers la plage "sauvage". Là aussi, il y a quelques travaux qui annoncent l'arrivée de futurs resorts. Mais pour le moment, on peut encore trouver une plage quasidéserte qui pourrait être paradisiaque s'il y avait un peu moins de déchets aux alentours. C'est tout le paradoxe : les plages propres sont celles près des resorts et hôtels...



Le lendemain, les garçons partiront seuls et en scooter à la découverte du sud de l'île pendant que les filles se reposent tranquillement au bord de la piscine. Etant 24/24 ensemble, les enfants apprécient de temps en temps une activité en tête à tête avec un parent.
Du coup, je laisse les garçons raconter leur périple.



"Pour rejoindre le sud de l'île ,on peut au choix prendre la route goudronnée qui passe dans les terres ou le chemin de terre qui longe la côte. On essaie le chemin de terre, mais il est vraiment trop mauvais et Thibault n'est pas trop rassuré. Nous reprendrons donc la route principale pour rejoindre le port de An Thoi, où nous déjeunerons dans une petite cantine. Pas de menu, alors nous montrons ce que nos voisins mangent et qui à l'air sympa (du boeuf au légumes avec du riz) et nous commandons la même chose.
 


Nous reprenons ensuite le scooter et faisons la visite de la "Coconut Prison', il s'agit d'une prison où étaient torturées les communistes du nord Vietnam par les américains et sud vietnamiens pendant la guerre. La visite très instructive a bien plu à Thibault (en plus c'est gratuit!).

Notre dernier arrêt sera pour la superbe plage de Bai Sao : sable blanc, cocotier, eau turquoise...

Avant la nuit tombée, nous rentrons montrer le scooter aux filles et faire faire un petit tour à Elise."

Nos 5 jours à Phu Quoc seront passés bien vite. Mais pas le choix, notre visa expire le 18 janvier, il nous faut quitter le Vietnam ! Nous prenons le 17 le bateau pour Ha Tien d'où nous rejoindrons le Cambodge.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire