Qui êtes-vous ?

Ma photo
Une famille d'Audincourtois d'adoption partie à la découverte du monde pendant 200 jours.

mardi 23 décembre 2014

du 13 au 18 décembre : Nong Khiaw au Nord Laos

Pour rejoindre la petite ville de Nong Khiaw, à 150 km de Luang Prabang, nous aurions pu prendre le bus  local. Mais on se la joue grand confort en réservant un minibus qui transporte maximum 10 personnes. Pas de mauvaise surprise, un tuk tuk vient nous chercher à l’heure. Arrivés à la gare routière, les mini-bus nous attendent.
Nous ne regrettons pas d’avoir abandonné notre première idée de louer une voiture car, même s’il s’agit d’une route principale, elle est par endroit en très mauvais état. 45 minutes après le départ, nous sommes déjà arrêtés. On nous dit que la route est « cassée ». Ils sont en train de la réparer et on devrait pouvoir repartir dans une heure. Il semblerait que les travaux d’un barrage sur la rivière construit par des chinois soient la cause du mauvais état de la route. Une heure plus tard, nous pouvons repartir.
Arrivés à Nong Khiaw 4h30 après notre départ de Luang Prabang, nous partons à pieds en direction du pont qui joint les 2 rives de la Nam Ou. La plupart des guesthouse est de l’autre côté du pont. Mais avant d’y arriver, un propriétaire nous propose d’aller voir ses chambres en bord de rivière. Nous le suivons et ne regrettons pas. Pour 15 €, nous avons 2 chambres propres et la guesthouse (Nam Ou river lodge)  donne sur la rivière avec un accès à une petite plage. 


Ici, nous profitons des paysages.

Nous nous sentons tout de suite bien dans ce gros village.

Nous nous baladons dans les rues en terre battue de la ville et nous observons les petites scènes de la vie quotidienne. Les maisons sont encore principalement en bois et bambous, même si  des constructions « en dur » sont en cours à de nombreux endroits.



Nous visiterons les grottes historiques de Patok qui servaient d’abri aux villageois pendant les bombardements américains au cours de la guerre secrète des années 60.
Les garçons grimperont jusqu’au point de vue en haut de la montagne.

Nous décidons de participer à une journée de trek organisé par Mang, le propriétaire de notre guesthouse.
Notre méfiance naturelle vis-à-vis des tours organisés nous incite à craindre une sortie un peu trop touristique à notre goût. Mais, certains villages sont difficilement accessibles sans guide et le retour se fera en kayak et ça fait des semaines qu’on promet à Thibault qu’il pourra en faire. Nous décidons donc de lui faire confiance et ne le regretterons pas.
 Première bonne surprise, Tom, qui sera notre guide est très sympa.
Deuxième bonne surprise, il n’y a que 3 autres personnes avec nous : une sympathique québécoise qui nous fait penser à Tatie Colette et 2 Hollandais.
Nous rejoignons notre bateau, et c’est parti pour 45 minutes sur la Nam Ou. Les paysages sont toujours aussi magnifiques.
Nous nous arrêtons pour visiter un village kamu avant d’entreprendre la marche qui nous amènera à la cascade où nous prendrons notre déjeuner. Nous pensions arrivés dans un village pour touristes où des femmes en tenues traditionnelles nous attendent pour vendre leur artisanat. Et bien pas du tout ! Nous sommes accueillis par les sourires des villageois aussi curieux de découvrir leurs visiteurs que nous le sommes de les rencontrer. Comme d’habitude, la présence de Thibault et Elise fait son petit effet. Les anciens disent qu’ils veulent les garder au village. Les enfants (qui n’ont pas école car c’est dimanche) nous suivront pendant notre découverte de leur village. La barrière de la langue rend les discussions difficiles. Mais là encore, c’est le sujet des enfants  qui revient. Un jeune père est fier de nous présenter son bébé de 2 jours. Chacun montre sur ses doigts combien il a d’enfants et leurs âges. Les regards et les sourires font le reste….


Nous reprenons notre marche très agréable à travers les rizières et pique-niquerons au bord du belle cascade.
Nous croiserons des villageois qui partent à la chasse. Et au retour les enfants sont dans les champs avec les buffles d’eau.

Le retour vers Nong Khiaw se fera partiellement en Kayak. La rivière est assez calme, mais il y a quelques passages de rapides pendant lesquels nous remonterons sur le bateau.

Les derniers jours à Nong Khiaw, nous comprenons que les baraquements derrière l’école et qui sont juste en face de la guesthouse, sont les chambres des lycéens qui sont internes. Ils ont l’air très autonome, pour ne pas dire livrés à eux-mêmes. Un soir après l’école, ils entament une partie de foot sur la petite plage sur laquelle les enfants jouent dans le sable. Thibault ne se fait pas prier pour les rejoindre. Il démarre timidement dans les buts, le temps de repérer ses coéquipiers, puis entre sur le terrain. Il ne dit rien mais la balle est en bambou tressé et il a les pieds bien égratignés le soir.

Le lendemain quand nous repartons pour rentrer sur Luang Prabang, nous croiserons certains de ses camarades de jeux qui nous ferons de grands « au-revoirs » et lui serreront la main. J’ai trouvé ça très émouvant. Ce sont ces moments de rencontre qui donnent du sens à notre voyage.

Vous l'aurez compris, c'est dans cette petite ville de Nong Khiaw que nous aurons le plus apprécié le Laos et les laotiens. Et c'est avec une certaine émotion que nous quittons le village pour poursuivre notre voyage en direction du Vietnam.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire